Un portrait sur piano jouet

14 Mai 2021

Portrait sur piano jouet

« Don’t forget me » par Tatsuhito Horikoshi

 

Un portrait sur piano jouet

Horikoshi peint ici un portrait associé à un objet porteur dune narration sous jacente. Inattendu et nouveau dans son œuvre il utilise comme support un piano blanc, petit piano droit pour enfant. Un jouet musical de 2 octaves de 15 touches blanches et 10 noires.

Occupant toute la longueur du couvercle du piano le portait est celui d’une enfant de profil dont le buste apparaît vêtu d’un pull aux couleurs de l’arc en ciel sur fond mauve. Les taches de rousseur le petit nez relevé et les grands yeux apanages des faciès occidentaux contrastent avec un casque de cheveux noirs dont la forme évoque celle d’une traditionnelle perruque de geisha.

Devant la petite fille une phrase est écrite en bleu : Don’t Forget me.

En langage des fleurs c’est le bleu myosotis qui porte cet amoureux message. Vergiss mein nicht…Ne m’oublie pas…

L’effet décoratif est évident. La signification profonde est plus mystérieuse.

 

Qui parle ? un jouet ? un piano ?

-Si le peintre fait parler la fillette elle demande peut-être de ne pas être abandonnée au sort des femmes écartelées entre tradition et modernité.

Si le peintre fait parler le piano il nous prie de penser à lui. De le jouer. De prendre soin de lui et de l’écouter. Supplique que ferait un piano à son accordeur.

Si le peintre parle de lui par le détour de l’œuvre il exprime une requête personnelle inhérente à toute démarche créative : rester. Rester dans le souvenir des autres pour ne jamais disparaître. Défi suprême face à la mort.

Don’t Forget me est aussi le titre d’une série tv japonaise. Une histoire d’amour dans laquelle une jeune femme est atteinte d’une forme très précoce de maladie d’Alzheimer.

Quoiqu’il en soit c’est du souvenir qu’il s’agit. Comme à Hiroshima et Nagasaki où les gardiens du souvenir se relayent pour que personne n’oublie. Don’t Forget them.

 

-Peintre japonais, né en 1985, est diplômé de l’école d’art Tama. Il est représenté à Tokyo par la Shinjuku Takashimaya Gallery, à Paris et Hongkong par la A2Z Art Gallery. 

Influencé par l’artiste américaine Elizabeth Peyton et l’univers du Manga il peint des personnages imaginaires aux visages impassibles lisses et épurés traités par aplats de couleurs souvent partiellement cachés par des masques capuches pansements ou autres artifices. De l’absence de détail et d’expression se dégage une impression de mystère et de détachement voire d’étrangeté. On pense aux portraits d’Alex Katz et d’Andy Wharol. Aux aplats de couleur de David Hockney.

Les références à l’enfance oscillent entre candeur naïve et froide rêverie.

L’artiste lui-même dit se tenir à  distance des turbulences du monde pour s’en protéger et mieux l’observer. Ses tableaux lui ressemblent jusqu’à l’auto portrait.

Parfois quelques mots en anglais sont plaqués sur la toile tels des slogans ou des questionnements. Take it easy. Feeling good. What is victory ? Don’t Forget me.

En ayant choisi de peindre une petite fille sur le couvercle d’un piano-jouet Horikoshi place ici en les associant peinture et musique dans l’univers de l’enfance. Il attire l’attention sur un instrument de musique particulier dit Kinderklavier en allemand et Toy-piano en anglais.

 

Un petit piano, une grande entreprise

-L’histoire d’un petit piano et d’une grande entreprise commence à la fin du XIX° siècle.

Albert Schoenhut(1849-1912) est allemand. Ses parents sont fabricants de jouets en bois, poupées, trains et chevaux à bascule. Très jeune Albert commençe à fabriquer des pianos miniature ou Kinderklavier. À 17 ans il part à Philadelphie pour réparer les pianos jouet, importés aux États-Unis. Six ans plus tard il y crée son entreprise. Parmi maisons de poupée et figurines de cirque les instruments de musique miniature tiennent une grande place (banjo xylophone glockenspiel…). De fusions en rachat l’entreprise existe toujours.

Albert Schoenhut acteur de la diffusion mondiale d’instruments de musique miniatures peut être considéré comme ayant participé à l’éveil musical de générations d’enfant.

A la même époque dans les années 1880 tandis qu’aux Etats-Unis Albert Schoenhut (1849-1912) donnait son nom à la plus grande entreprise de fabrication de Pianos-jouet, son exact contemporain nippon Torakusu Yamaha (1851-1916) (voir sur le site l’article Spirit of Yamaha) posait les fondations de la plus célèbre manufacture de pianos. D’un côté la démesure de l’autre la miniature.

 

Les Toys Pianos

Les pianos jouets ont inspiré les compositeurs. En 1948, John Cage fut le premier à composer pour cet instrument (Suite for Toy piano). On peut citer aussi Georges Crumb (Ancient voices of children) Yann Tiersen (Valse des monstres) ou Pierre Bastaroli (Massacre du printemps).

Le piano jouet est un instrument polyphonique à clavier de la famille des percussions.

Le principe de ce piano miniature repose sur le fait que les marteaux actionnés par des touches frappent des lames métalliques (comme pour le célesta) et non des cordes. Le rendu musical sapproche de celui dune boîte à musique ou d’un carillon miniature. Il n’y a pas de standardisation au niveau de l’ambitus. Piano droit ou à queue sa taille et le nombre de touches sont variables jusqu’à 49 et 54 touches (Michelsonne). La Schoenhut Piano Company propose une gamme complètede pianos droits et à queue allant des 18 touches aux 37 touches.

Compositeurs et collectionneurs s’attachent à les distinguer. Les quatre tailles les plus répandues comptent 18 touches soit une octave et demie (du do3 au fa4), 25 touches soit deux octaves (du do3 au do5), 30 touches soit deux octaves et demie (du do3 au fa5) ou 37 touches soit trois octaves (du fa2 au fa5).

 

La Schoenhut Piano Compagny

La Schoenhut Piano Compagny a aujourd’hui 150 ans d’existence et reste le seul fabriquant exclusif de Piano jouet au niveau mondial.

En 1970 elle avait fusionné avec Jaymar (créée en 1920 puis disparue en 1990).

La marque française Michelsonne fut active entre 1939 et 1970. Il est amusant de remarquer que les ateliers de Victor Michel (créateur de la marque Michel-sonne) étaient  situés à Sélestat dans le Bas-Rhin.

En dehors de ces trois fabricants historiques d’autres marques proposent quelques modèles de petits pianos au sein d’un catalogue plus généraliste : en France Vilac propose depuis 1911 des 18 touches droits et un 30 touches à queue.

Aux Pays-Bas NewClassic Toys crée en 1991propose des 18 touches droits et à queue et des 25 touches électriques droits.

D’autres marques existent à travers le monde : Janod (France)Delson (France) Small Foot Design (Allemagne) Hering (Brésil) Zeada (Chine)

FLY de LATOUR ce 6 mai 2021 jour de la Ste Prudence.

LES ACCORDEURS
1 rue Paul Mazy
94200 Ivry sur Seine 
+33(0) 6 72 75 83 79
+33(0) 6 35 34 78 37
contact@lesaccordeurs.fr
 

En image

  • 4 mois ago
  • 2 mois ago
  • 9 mois ago
  • 20 heures ago
  • 8 mois ago
  • 6 jours ago
  • 10 mois ago
  • 5 jours ago
  • 2 jours ago
  • 12 mois ago
  • 12 mois ago
  • 10 mois ago
  • 2 mois ago
  • 8 mois ago
  • 2 mois ago
  • 1 mois ago
  • 7 mois ago
  • 8 mois ago
  • 8 mois ago
  • 6 jours ago